13/08/2014 : Sénégal : fièvre récurrente à tiques signalée

Sénégal : fièvre récurrente à tiques signalée

Sénégal : fièvre récurrente à tiques signalée

Un article d'Emerging Infectious diseases vient de paraitre, signalant la place importante que tient au Sénégal Borrelia crociduaere dans l'étiologie des syndromes fébriles. Cette enquête a été menée de juin 2010 à octobre 2012 sur 1566 malades fébriles d'un réseau de 14 dispensaires ruraux représentatifs de 5 écosystèmes différents, avec un groupe témoin de 90 villageois en bonne santé.

Sur les 1566 prélèvements analysés, 7,3% ont été positifs pour Borrelia crocidurae. Aucun résultat positif n'a été observé dans le groupe témoin. Les plus touchés sont les 7-15 ans (13,5%). Les taux d'incidence dans les différents écosystèmes evalués, leurs variations selon le type de saison sèche ou humide, sont précisés dans l'article.

Le taux d'incidence le plus élevé (19,1%) a été observé en zone sahélo-soudanienne (steppe boisée) avec une incidence plus forte en saison des pluies (ce qui n'a pas été le cas partout) ; dans ce secteur, la responsabilité de Borrelia crocidurae dans l'étiologie des syndromes fébriles est supérieure à celle du paludisme.

Le Sénégal est un des pays d’Afrique subsaharienne où ont été décrits, dans les zones rurales, les présences les plus élevées de la bactérie, qui a des rongeurs pour réservoir et des tiques pour vecteurs est présente chez de forts pourcentages des uns et des autres. Mais elle est aussi très présente dans les régions voisines de même environnement climatique, comme au Mali.

Les tiques étant vecteurs de la maladie, il est recommandé de se prémunir de leur morsure en portant des vêtements longs et en mettant du répulsif sur sa peau.

Source : Edisan

open