19/01/2021 : Un décès de rage en France

Un décès de rage en France

Un décès de rage en France

Le Centre National de référence de la Rage a confirmé en novembre dernier le décès d'un sexagénaire de la rage à Limoges en août 2019, vraisemblablement après avoir été mordu ou griffé par une chauve-souris. Il avait été hospitalisé avec des symptômes d’une encéphalite, d'origine inexpliquée, avant de décéder. Les analyses ont mis en évidence qu’il avait contracté un virus de la rage présente chez les chauves-souris (LyssaVirus). Il a probablement été en contact avec une colonie de chauve-souris qui vivait dans le grenier de sa maison.

Il s’agit d’un cas très rare. En Europe de l’Ouest la rage « terrestre » (le plus souvent transmise par les chiens et les renards) a été éradiquée grâce aux campagnes de vaccination des animaux domestiques et sauvages, mais la rage des chauves-souris y est encore transmise. L’été dernier un cas rare de rage de chauve-souris a été détecté chez un chat domestique en Italie (à Arezzo en Toscane) après qu’il ait mordu plusieurs personnes. En Europe de l’Ouest, des cas de rage sont le plus souvent rapportés chez des animaux non vaccinés ramenés illégalement par des vacanciers de régions où la rage canine est encore transmise (en Afrique, en Asie, aux Amériques ou, plus rarement, en Europe de l’Est). Le dernier cas de rage terrestre « autochtone » transmis en France remonterait à 1998. Les cas de rage humains transmis par les chauves-souris sont plus rarement décrits dans le monde, mais possibles. Une touriste suisse aux USA avait été mordue par une chauve-souris porteuse du virus de la rage en 2014.

Sources : Safetravel - Mesvaccins

open