30/11/2022 : Mutation du virus Monkeypox

Mutation du virus Monkeypox

Mutation du virus Monkeypox

Des mutations du virus Monkeypox provoquent une propagation rapide du virus et pourrait bientôt les rendre résistants aux médicaments et aux vaccins actuels.

Le virus Monkeypox a infecté plus de 77 000 personnes dans plus de 100 pays à travers le monde en 2022, et, comme le COVID-19, des mutations ont permis au virus de devenir plus fort et plus intelligent, empêchant les médicaments antiviraux et les vaccins de protéger correctement face à ces mutations. 

Cela a pour conséquences d'infecter plus de personnes alors que l'épidémie avait bien été endiguée après l'été grâce à la vaccination des personnes en prévention ainsi qu'en post exposition. 

Désormais, une équipe de chercheurs de l'Université du Missouri a identifié les mutations spécifiques du virus Monkeypox qui contribuent à son infectiosité continue.

Les découvertes pourraient conduire à plusieurs résultats : des versions modifiées de médicaments existants utilisés pour traiter les personnes souffrant de Monkeypox ou bien le développement de nouveaux médicaments qui tiendront compte des mutations actuelles pour augmenter leur efficacité à réduire les symptômes ainsi que la propagation du virus.

L'équipe dédiée du Missouri essaye d'analyser les séquences d'ADN de plus de 200 souches de virus Monkeypox s'étendant sur plusieurs décennies, de 1965, lorsque le virus a commencé à se propager, à des épidémies du début des années 2000, jusqu'à nouveau ceux de cette épidémie actuelle. 

Le responsable de l'équipe de recherche a déclaré que "l'homologie, ou la structure, du virus de la variole du singe est très similaire au virus de la vaccine, qui a été utilisé comme vaccin pour traiter la variole". 

Leur objectif : examiner les gènes spécifiques impliqués dans la copie du génome du virus, étant donné que le virus du Monkeypox est un énorme virus avec environ 200 000 bases d'ADN dans le génome.

Le génome de l'ADN du Monkeypox est converti en près de 200 protéines, il est donc doté de toute l'« armure » dont il a besoin pour se répliquer, se diviser et continuer à infecter les autres. 

Les virus feront des milliards de copies de lui-même et seuls les plus aptes survivront, car les mutations les aident à s'adapter et à continuer à se propager.

Source : Outbreaknewstoday / OMS / PubMed 

open