Leptospirose

1. La maladie

2. Mode de vaccination

3. Protocole du vaccin

1. La maladie

Maladie bactérienne transmise au contact d’un animal vivant ou mort infecté (morsure, urine viande) avec des muqueuses (voies aéro-digestives, plaies…).

La vaccination est particulièrement recommandée aux professionnels travaillant dans des milieux infestés par les rongeurs (canaux, égouts, station d’épuration…), ou en eau douce (pisciculture, pêche, plongée).

Les signes de la maladie

Les symptômes peuvent survenir jusqu’à 10 jours en moyenne après exposition ; les différentes formes cliniques associent d’ordinaire fièvre d’apparition brutale, céphalées, myalgies, frissons, suffusion conjonctivale et éruption cutanée.

La maladie peut évoluer vers une méningite, une anémie hémolytique, une jaunisse, des manifestations hémorragiques et d’autres complications, y compris une insuffisance hépatorénale.

La cause

La leptospirose est due à divers types de bactéries appelés « spirochètes ».

La transmission

L’infection se produit par contact entre la peau (en particulier des plaies cutanées) ou les muqueuses et de l’eau, de la terre humide ou des végétaux contaminés par l’urine d’animaux infectés, notamment les rats.

L’infection peut être due occasionnellement à des contacts directs avec l’urine ou des tissus d’animaux contaminés, ou à la consommation d’aliments contaminés par l’urine de rats infectés.

Les risques pour les voyageurs

Ils sont faibles pour la plupart des voyageurs. Les agriculteurs qui travaillent dans les rizières et les plantations de canne à sucre sont exposés du fait de leur profession. Les personnes qui se rendent dans des zones rurales peuvent être contaminées si elles sont en contact avec l’eau d’un canal, d’un lac ou d’une rivière. Le risque augmente peu après une inondation. Les personnes qui pratiquent un sport aquatique tel que le canoë ou le kayak peuvent être davantage exposées. Des flambées ont été associées à des activités sportives pratiquées en milieu naturel.

Géographie

Dans le monde entier. Surtout répandues dans les pays tropicaux.

Prévention

  • Éviter de nager ou de marcher dans une eau potentiellement contaminée, notamment dans des canaux, des étangs, des rivières, des ruisseaux ou des marécages.
  • Éviter tout contact direct ou indirect avec des rongeurs.
  • Utiliser des mesures individuelles de protection : port de gants, bottes, cuissardes, voire lunettes anti-projection.
  • Désinfecter toute plaie ou égratignure à l’eau potable et au savon ou à l’aide d’une solution antiseptique, et la protéger à l’aide d’un pansement imperméable.
  • Se faire vacciner
open