27/01/2017 : De la vache enragée ?

De la vache enragée ?

De la vache enragée ?

Il est très rare que la contamination par le virus de la rage se fasse autrement que par la morsure d’un animal lui-même atteint de rage. Il n’en reste pas moins qu’elle est théoriquement possible et est parfois soupçonnée. Ce fut le cas pour 80 Indiens qui avaient consommé le lait d’une vache qui avait été mordue par un chien atteint de rage. Les symptômes ne furent pas trop graves (nausées, vomissements), et ces personnes ne furent pas « enragées ». Il n’en reste pas moins, comme le rappelle le CDC américain, que pour une maladie à (quasi) coup sûr mortelle, pour laquelle existe une prévention après contamination à (quasi) coup sûr efficace, on a toutes les raisons de mettre en œuvre cette prévention.

La transmission aérienne même est possible, mais elle ne menace que les spéléologues qui s’aventurent dans des grottes hantées par des chauve-souris vecteurs du virus de la rage. C’est-à-dire pas vraiment le commun des mortels.

Source Promed - RABIES : ASIA (INDIA) CANINE, BOVINE, HUMAN EXPOSURE, COW MILK CONSUMPTION, SUSPECTED

open