04/08/2017 : Alerte choléra en Afrique

Alerte choléra en Afrique

Alerte choléra en Afrique

L'épidémie de choléra bat son plein au Yemen, RDC et Afrique de l'Est; notamment à cause des facteurs propices à sa prolifération (désordres sociaux-politiques, déplacements de populations, aggravation des périodes de sécheresse, insuffisances de ressources alimentaires, malnutrition infantiles...). 

Yémen: L'épidémie qui a débuté en octobre dernier ne cesse de s'amplifier. Au 10 juillet dernier, le nombre total de cas recensés était de 313.538 cas dont 1.732 décès. Entre 6.000 et 7.000 cas continuent à être recensés chaque jour.

Sud-Soudan: L'épidémie a débuté en juin 2016, depuis lors, plus de 11.700 cas dont 194 mortels ont été recensés. Au mois de juin 2017, 2.044 cas dont 44 mortels ont été constatés. Cette épidémie est favorisée par un contexte de sécheresse, de famine et de violents désordres sociaux. Des vaccins anticholérique ont été distribuées par les autorités sanitaires du pays.

Ethiopie: Depuis début 2017, 38.230 cas dont 792 mortels ont été recensés dans le pays. 6 régions du pays sont particulièrement touchées. Aucune information n'est donnée sur la recherche de la cause de ces diarrhées. De même qu'en Somalie ou Sud-Soudan, la sécheresse et la famine sont des facteurs favorisant la propagation de la maladie.

Somalie: 53.015 cas ont été recensés depuis le début de l'année 2017, dont 795 cas mortels. Depuis le mois de juin, le nombre de nouveau cas semble décroître. Cette épidémie se développe sur un terrain de crise humanitaire qui continue à se détériorer. La sévère sécheresse dont souffre depuis des années le pays a décimé les troupeaux et compromis les récoltes, entraînant une grave insuffisance de ressources alimentaires. Plus de la moitié de la population a un besoin urgent d'assistance humanitaire. Une forte proportion d'enfants est en état de malnutrition avec le haut degré de sensibilité aux infections que cela implique. 
Kenya: "Depuis le début de 2017, le Kenya est confronté une recrudescence des cas de choléra. La première flambée signalée s’est produite dans le comté de la rivière Tana. Elle a commencé le 10 octobre 2016 et a été jugulée en avril 2017.
Une deuxième vague de flambées a commencé dans le comté de Garissa en avril 2017 et a été signalée plus tard dans 9 autres comtés: Nairobi, Murang’a, Vihiga, Mombasa, Turkana, Kericho, Nakuru, Kiambu et Narok. La flambée est observée dans la population en général et dans les camps de réfugiés. 
En plus de la flambée notifiée dans la population générale, il y a également eu 2 flambées ponctuelles dans le comté de Nairobi. La première a été observée chez les participants d’une conférence dans un hôtel de Nairobi, le 22 juin 2017. La seconde est survenue au Salon commercial de la Chine organisé au KICC Tsavo Ball du 10 au 12 juillet 2017. 
Actuellement, la flambée est active dans 2 comtés, Garissa et Nairobi. Au 17 juillet 2017, 1216 cas suspects au total, avec 14 décès (taux de létalité: 1,2%) avaient été notifiés depuis le 1er janvier 2017. Au cours de la semaine se terminant le 16 juillet 2017, on avait enregistré 38 cas et aucun décès. 
Depuis décembre 2014, la République du Kenya est confrontée à de grandes flambées continuelles de choléra, avec un total cumulé de 17 597 cas (10 568 cas notifiés en 2015 et 6448 en 2016)."

Tanzanie:l'épidémie a débuté en août 2015, à ce jour 30 121 cas ont été recensés sur le continent dont 466 mortels et 4 643 cas à Zanzibar dont 73 mortels. Alors que cette épidémie semblait en voie d'être maîtrisée, de nouveaux foyers se sont manifestés récemment.

RDC: la situation épidémique date d'août 2015, depuis cette date 4 073 cas dont 1 220 mortels ont été déclarés. Dans 8 provinces du pays la transmission du choléra resterait permanente, dans 12 autres elle ne serait que saisonnière.

Source: Edisan, IPL, Outbreak News Today

open